Morlaix vers 1775, vue par un géographe suisse

Entre 1776 et 1782, Jean-Pierre Bérenger (1740-1807) a édité en douze volumes la Géographie d’Anton-Friedrich Büsching (1724-1793), membre de la société typographique de Lausanne, sous le titre : Géographie de Busching. France, abrégée dans les objets les moins intéressans, augmentée dans ceux qui ont paru l’être, retouchée partout, & ornée d’un précis de l’histoire de chaque état. La page 513 est consacrée à Morlaix.

La BNF a publié cet ouvrage dans la base de donnée gallica. La numérisation a malheureusement coupé quelques lettres dans la reliure. La reconstitution des mots coupés est parfois impossible, j’ai du laisser des pointillés.

Morlaix, Mons relaxatus, petite ville, siège d’un gouverneur, d’une juridiction consulaire, d’une justice royale, d’une amirauté, située sur une rivière qui la partage, & qui dans les hautes marées amène les vaisseaux dans ses murs.

Elle a une église collégiale d’une structure singulière, un hôpital, cinq couvents, un hôtel de ville, un beau quai, une fabrique de tabac & un faubourg appelé Viniec, aussi grand que la ville, adossé contre des monts qui re…ent le long de la rivière jusqu’à la mer, où elle arme un port qui reçoit des navires de cent tonneaux.

La nature qui a formé cette anse entre les terres élevées qui bordent la Dourdu, & où la mer s’élève de 18 à 27 pieds, y appelle le secours de l’homme. L’embouchure de la rivière a 50 pieds de large : des deux côtés sont des carrières dont on tire d’excellentes pierres de taille & de forts bon moellons. La marée qui conduit les vaisseaux dans la baye, les conduirait dans la rivière. Son entrée est actuellement défendue par le château du Torreau bâti sur une isle ou rocher.

La ville a deux marchés par semaine où l’on vend beaucoup de toiles et de …, & les Anglais y apportent du plomb, de l’étain, du charbon de terre, &.

La Lance de Morlaix est une enfilade de portiques formée par les maisons qui bordent le quai, & les marchands s’y assemblent.

La partie au-delà de la rivière est du diocèse de St. Paul de Leon.

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Morlaix vers 1775, vue par un géographe suisse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s