Glossaire

Aveu

Sorte de déclaration de revenu foncier d’Ancien Régime, fournie par le propriétaire d’un bien à la justice de son suzerain. Très précise, elle doit être dressée lors d’un changement de propriétaire.

Convenant (aussi tenure à domaine congéable)

Forme de bail locatif très répandu au Moyen Age, encore très présent dans le Trégor et en Cornouailles au 18e siècle. Le bail est signé sans limite de durée et prévoit généralement un loyer annuel (rente convenancière) en numéraire et en nature (céréales ou animaux), agrémenté de corvées ordinaires. Le tenancier reste propriétaire du bâti et de tout ce qui se trouve au-dessus de la surface (il peut donc le transmettre à sa mort) et le bailleur garde la terre pour laquelle le locataire paye une rente d’utilisation. En cas de congé, le bailleur doit dédommager le tenancier de la valeur du bâti. C’est un mode de tenure adaptée pour la mise en valeur des terres non-exploitées. Pour aller plus loin, une étude historique publiée en 1883 par Louis-Henri de Villeneuve, disponible sur gallica.

Cordes

Unité de mesure de superficie couramment utilisée dans les aveux et les prisages du pays de Morlaix sous l’Ancien Régime. L’équivalence de cette unité en mesure moderne est difficile à trouver. Jusqu’à présent, j’ai choisi de me fier à la corde valant 60,78 mètres carrés. Je ne sais plus où j’ai trouvé cette valeur, mais elle est assez cohérente avec les surfaces décrites dans les documents exploités.

Denier (voir Livre)

Ferme (tenir en)

Forme de bail locatif d’Ancien Régime, très utilisée dans le Léon, plus rare dans le Trégor ou le bail à convenant prévaut. Le bail est en général signé pour 9 ans, et prévoit un loyer fixe en numéraire, payable en une fois, souvent le 29 septembre.

Livre(s)

Unité de mesure monétaire d’Ancien Régime, dont les subdivisions sont le sol (1 livre = 20 sols) et le denier (1 sol = 12 deniers). Essayez de faire des additions en base 20 et 12 et vous aurez une meilleure opinions des capacités de calcul des marchands de l’époque. La valeur de la livre en or a fluctué fortement aux 17e et 18e siècle suite aux multiples dévaluations décidées par des rois de France pour limiter le poids de la dette (déja un problème). Pour être précis, on peut préciser qu’entre 1640 et 1683, une livre correspond à 0,619 grammes d’or pur. La livre est dévaluée plusieurs fois entre 1683 et 1720, époque à laquelle elle ne vaut plus que 0,124 grammes d’or pur. En 1726, la livre est réévaluée de 151%, et reste stable jusqu’en 1786 à 0,312 grammes d’or pur. L’équivalence de la Livres avec l’Euro est délicate à établir, le pouvoir d’achat n’étant absolument pas comparable. A la fin du 17è siècle, un domestique pouvait gagner 1 livre par jour.

Les dévaluations peuvent aider aussi certains tenanciers. Un loyer de 10 livres pour un bail à convenant signé au 16e siècle était de moins en moins lourd à payer, mais s’accompagnait en général d’une partie en nature, dont la valeur augmentait avec l’inflation.

Manoir

Selon le petit glossaire de Le Brigant en 1774 (cf. bibliographie), le manoir est une habitation distinguée, demeure ou maison à la campagne, qui est le manerium de la basse latinité. C’est le même nom que le maner Celtique, demeure d’un Gentilhomme de campagne, ou habitation des champs, autre que celle qu’on nomme château.

Pied(s)

Le pied est une unité de longueur correspondant à la longueur d’un pied humain, c’est-à-dire un peu plus de trente centimètres. Cette unité est encore utilisée dans beaucoup de pays anglo-saxons et d’anciennes colonies de l’empire britannique. En 1668, le pied de roi fut modifié par Jean-Baptiste Colbert lorsqu’il reforma la toise du Châtelet. Le pied utilisé en France correspondait à 326,596 mm avant 1668 et 324,839 mm entre 1668 et 1799.

Prisage

Type de document descriptif fort précieux pour les historiens, en général dressé par des priseurs professionnels. Il s’agit de lister chaque élément d’un bien immobilier afin de fournir une valeur précise. Le document est souvent dressé en vue d’un partage, lors d’une succession. Dans le cas d’une maison, les pièces sont mesurées dans leur longueur et leur largeur. La hauteur des murs extérieurs est donnée à la limite du toit. Les ouvertures sont listées, ainsi que les cheminées ; les éléments de charpente sont comptées.  Pour les parcelles de terre, la superficie est fournie et le type de parcelle (bois, terre chaude ou froide, prairie, etc.).

Sols (voir Livre)

Publicités

2 réflexions au sujet de « Glossaire »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s